Accueil / Société / Abidjan-Prostitution: Le  »Bizi » la nouvelle tendance meurtrière des ivoiriennes.

Abidjan-Prostitution: Le  »Bizi » la nouvelle tendance meurtrière des ivoiriennes.

1037 Vues

Une nouvelle trouvaille pour certaines filles qui aiment la facilité.

L’amour de l’argent ainsi que la vie facile engendre parfois des dégâts irréparables surtout lorsqu’on s’y prends avec son corps. Les filles dont l’âge varie généralement entre 16 et 25 ans ont adopté un nouveau mode opératoire qui les dispense d’investir les rues comme celles qu’on rencontre d’habitudes dans des lieux malfamés.

Leur nouvelle trouvaille, c’est le « Bizi ». Une technique très subtile qui pourtant attire de graves ennuis aux adeptes. Elle est devenue l’apanage d’une nouvelle génération de filles qui ne reculent devant rien. Le constat est choquant et les témoignages souvent effroyables.

En clair, voici comment procède ces jeunes filles au dessus de tout soupçon. Les partisanes du  »Bizi » travaillent avec minutie. Elles prennent soin de repérer les endroits prisés par leurs cibles constituées en partie de diplomates étrangers, fonctionnaires internationaux, d’hommes d’affaires cossus et surtout d’expatriés. Ces endroits ne sont autres que les restaurants, des terrasses, des cafés et même les bars des grands hôtels.

Une fois sur place, cette nouvelle race de prostituée va se faire passer pour des clientes ordinaires. Installées autour d’une table, ces filles très sexy vont passer leurs commandes puis entamer la causerie dans l’attente d’un potentiel client. «Dans ce métier, il faut beaucoup de patience et de discrétion ». Mais c’est surtout par un véritable jeu de charme qu’elles finissent par aguicher leurs clients. Le contact est vite établi par le biais d’un serveur du coin et le tour est joué.

De toute évidence, pour ses adeptes, le « Bizi » est une activité lucrative qui leur permet de joindre les deux bouts. Parfois certaines perdent la vie après de longues maladies qu’elles se prennent dans ce metier. Elles sont exposées à toute sorte de personnes. La plupart d’entre elles ont la même justification: « c’est la situation qui nous oblige à le faire, vu que je m’occupe de ma famille ».

Abonnement gratuit!!!

Abonnez-vous pour recevoir tous les actualités avec AZscoops

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *