Accueil / Actualité / L’interdiction des sachets d’alcool divise en Côte-d’Ivoire

L’interdiction des sachets d’alcool divise en Côte-d’Ivoire

49 Vues

[et_pb_section admin_label= »section »][et_pb_row admin_label= »row »][et_pb_column type= »1_2″][et_pb_code admin_label= »Ads »]<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script> <!– in-post3 –> <ins class= »adsbygoogle » style= »display:inline-block;width:300px;height:250px » data-ad-client= »ca-pub-8482687438786002″ data-ad-slot= »8566075776″></ins> <script> (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); </script>[/et_pb_code][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

Akouédo, odeurs du « koutoukou »

Boisson interdite en Côte d’Ivoire(1964) puis autorisée ( 1999) , le « koutoukou », l’eau -de-vie artisanale s’est incrustée et a trouvé de jeunes et nombreux adeptes à Akouédo village. Théâtre d’une foire aux bistrots, ce village Ebrié en abrite plus de cinq cents selon les villageois.

En face, une jeunesse, sans emploi pour la plus part ,des clients constants et permanents. Fort dosage, coût accessible et parait-il vertu thérapeutique caractérisent cette liqueur nationale. Le « Gbêlè », autre nom du koutoukou est-il le nouveau vice de ces jeunes ? Suivent-ils un effet de mode, ou se réfugient-ils tout simplement pour ne pas penser au chômage ? Le samedi 7 mars 2015 nous allons à la rencontre de ces buveurs spéciaux.
le décor

Assis sur un banc, tête baissée, les doigts sur son mini verre de tequila au contenu incolore, Aliou l’air pensif semble prendre son souffle pour ingurgiter d’un trait le liquide. Les grimaces lues sur le visage de cet habitué assorties au cri lancé après cet exercice en disent long sur le degré, la composition et les dégâts causés au passage de cette mixture. Pas besoin d’être médecin pour le savoir !Mais, le « manawa », aide-maçon de seconde main, ne part pas. Il reste, boit encore et encore des heures durant.

Ce scénario, ils sont nombreux à le reproduire ce jour. Une trentaine qui part et revient. Le flux est impressionnant. Tous des jeunes pleins de vie, installés les uns à côté des autres sous ce hangar constitué essentiellement de bois. Elle est bien loin l’époque où on retrouvait les personnes âgées paumées dans ces coins à alcool local, ces jeunes semblent avoir détrôné les anciens. A l’intérieur de ce lieu de fortune sont disposées en vrac des tables, bancs, quelques étagères sur lesquelles repose la marchandise. L’arc en ciel de « koutoukou », est exposé et prêt à être servi.

Il est 10 heures et les bouteilles anciennement pleines sont presque vides. Les buveurs du cap nord, nom des lieux, sont matinaux. Certains sont sur pieds depuis 4 heures du matin. L’ambiance en ce lieu est conviviale. Animé à chaud par les plus éméchés. Des thèmes aux couleurs de leurs frasques et exploits de chômeurs à l’ordre du jour sont débattus à haute et intelligible voix. Dehors,le soleil luit fortement.
SAMSUNG CAMERA PICTURES

le « koutoukoudrome » a aussi son règlement

[/et_pb_text][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

LA CARTE

SAMSUNG CAMERA PICTURES« Rouge amer, jaune amer, cohoco , 4heures du matin, petit colas, racine de petits colas , gnamankou, Kassapréko ,sachets CCDEO , Café Rome, odindin rouge et blanc… les différents noms du produit. Des nomenclatures pas fortuites. Ces produits auraient selon vendeurs et consommateurs des vertus thérapeutiques pour un même effet : l’ébriété, de véritables 2 en 1 donc.

« Jaune- amer soigne le palu. Rouge- amer est efficace contre l’hémorroïde. Gnamankou guérit les problèmes de gorge et la toux. Le poivre quant à lui facilite la digestion et combat la constipation. 4 heures du matin et petit colas sont eux les aphrodisiaques stars ici ». Présente avec assurance Maman Victo, propriétaire du cap nord.

BUSINESS FRUCTUEUX

Son bistrot vieux de 5 ans ne désemplit pas. 7 jours sur 7, 20 heures par jour. « Cette activité rapporte, ce lundi j’ai débuté la semaine avec 180 litres de « koutoukou » et déjà au troisième jour, mes bidons tarissent déjà » ajoute la commerçante le sourire au coin de l’œil. Vendue à 50 et 100 fcfa la tournée, le breuvage rapporte 30 000 fcfa en moyenne par jour.

Aimée, autre vendeuse située à quelques mètres de là, présente un chiffre d’affaires nettement en dessous de celui de « victo » mais ne s’en plaint pas. « Depuis 3 ans, j’ai 12000 fcfa par jour » assure-t-elle. Pour le dosage et les effets secondaires sur la santé des clients,les vendeuses sont perplexes « nous n’avons aucune idée du dosage de la boisson. Nous nous ravitaillions chez nos fournisseurs, préparons nos cocktails en ajoutant au koutoukou nos écorces et arômes puis nous vendons, et c’est tout » soulignent les deux femmes.

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_2″][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

En Côte d’Ivoire, le gouvernement a annoncé cette semaine l’interdiction de la production, l’importation et la commercialisation des petits sachets d’alcools. Du gin ou du rhum, le plus souvent, vendus petite dose et très consommés. Mais ces produits sont souvent fabriqués de façon frauduleuse et ne respectent pas les normes de dosage. Il en va de la santé publique, selon le gouvernement, mais la mesure divise les Ivoiriens. Notre correspondante est allé recueillir les impressions des consommateurs et des vendeurs de ces petits sachets.

Dans la poussière de ce maquis abidjanais, quelques sachets de plastiques traînent sur les tables. Les restes de berlingots d’alcool. Ici, Fatou et Céleste, les gérantes, en ont encore quelques uns à vendre : « C’est du whisky et du gin, ça coûte 100 francs CFA. Ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter les bouteilles, ils prennent cela. »

Sous le toit de tôle pour se protéger du soleil et des averses, autour d’une table et un verre à la main, quelques clients discutent. Moussa est un amateur de ces petits sachets d’alcool mais ce n’est pas le cas de tous ses amis : « Parfois quand on a froid, ça réchauffe un peu. Mais ce n’est pas du bon alcool parce que ce n’est pas fabriqué dans de bonnes conditions. Ca détruit la santé… »

Interdire l’alcool pour les chauffeurs de taxis et de bus, une bonne chose

Tous ici sont unanimes, interdire l’alcool pour les chauffeurs de taxis et de bus, de grands consommateurs de ces doses à petits prix, est une bonne chose. Mais ici, dans ce maquis, l’inquiétude est grande. Il y a encore une semaine, on vendait soixante doses par jour mais, depuis l’interdiction, cette semaine, les clients se font rares et les pertes sont dejà de plusieurs milliers de francs CFA. « Ce n’est pas vraiment juste parce qu’il y a des familles qui vivent de ça, indique cette gérante de bar. S’ils arrêtent, comment vont-ils vivre ? »

En Côte d’Ivoire, selon la dernière étude disponible publiée en 2011, les adultes consomment en moyenne 6 litres d’alcool pur par an. D’après les Nations unies, l’alcool est responsable d’un décès sur vingt dans le monde.

[/et_pb_text][et_pb_code admin_label= »ads »]<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script> <!– in-post4 –> <ins class= »adsbygoogle » style= »display:inline-block;width:300px;height:250px » data-ad-client= »ca-pub-8482687438786002″ data-ad-slot= »8426474979″></ins> <script> (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); </script>[/et_pb_code][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

En réalité, ces liqueurs africaines contiennent des doses supérieures à la normale. Cette liqueur artisanale contiendrait en moyenne 19,55 mg/l de méthanol, 47 mg/l de propanol et de nombreux alcools supérieurs jusque-là non identifiés. On retrouve parfois plus de 90% d’alcool dans ces boissons. « Le premier jus recueilli par distillation à la cuisson de cette boisson fait démarrer une moto » témoigne Ali, un fabriquant togolais.

LES BUVEURS

Si cette boisson au dosage élevé attire autant de jeunes sans emploi , c’est en partie à cause de son accessibilité , son prix à portée de leur bourse et de son efficacité , sa rapidité à les faire « décoller ». Ces jeunes sont des aides-maçons, menuisiers occasionnels, chômeurs et parfois chauffeurs de taxis, étudiants ou même policiers… « si le produit est bon avec 200 FCFA tu es bien (soul). Un luxe qu’on ne peut pas se permettre avec la bière. Elle est légère, diluée et trop chère pour nous » Souligne Côte d’ivoire, le pseudonyme d’un buveur fiché.

Ces mixtures joignent également l’utile à l’agréable selon les consommateurs « 4heures du matin réveille l’homme le moins impuissant du monde, ça réveille cadavre, quand je bois, mon épouse sait à quoi s’attendre. Je retrouve la fougue de mes 20 ans » renchérit Maxime, un autre buveur aux allures d’anorexique. Autre élément captivant pour eux la force. « Je suis un jeune fouilleur à la décharge d’Akouédo, j’ai besoin de ma dose pour affronter les odeurs de ce lieu nauséabond aussi d’assez de force et énergie pour fouiller. Chose que le « gbèlè » me procure parfaitement » déclare Alain. Le paradoxe est qu’ils n’ignorent pas les dangers, les effets pervers de cette boisson sur leur santé à long terme.

Les médecins parlent d’alcoolisme aigu, de troubles de la vigilance pouvant aller jusqu’au coma avec de forts risques de cirrhose de foie. À ces menaces, ces buveurs répondent presqu’à l’unisson « il faut bien mourir de quelques chose, nous savons bien cela. »Ils assurent prendre leurs précautions, « Il faut juste bien manger avant une bonne partie de « koutoukou » concluent t’ils sur un ton ironique.
Akouédo, odeurs du « koutoukou »

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Abonnement gratuit!!!

Abonnez-vous pour recevoir tous les actualités avec AZscoops

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *